Le mouton Soay

mouton_soay

Origine et description :

Le mouton Soay, ancien mouton sauvage domestiqué et ancêtre de tous nos moutons actuels, était répandu dans nos contrées il y a plus de 3000 ans, mais fut remplacé par d’autres races plus productives lors de l’évolution agricole (cultures et élevages). Les vikings furent les derniers à les conserver, notamment en les déposant sur des archipels comme celui de St Kilda au Nord-ouest des Hébrides écossaises comme réserve de nourriture pour leurs invasions. C’est là-bas sur l’île Soay qu’il fut retrouvé à l’état pur sans aucune hybridation. C’est une race de mouton qui a conservé ses caractéristiques phénotypiques primitives : corps trapu; toison courte, drue avec des jarres et très similaire à celle du mouflon; courte queue. Il mue naturellement comme le mouflon. Béliers et brebis portent des cornes. C’est un mouton vif et intelligent, mais un peu farouche. Ce n’est pas un mouton de bergerie. Il s’adapte à tous types de pâturage et son taux de conversion de matière sèche en énergie est le plus élevé des moutons, ce qui le rend très sobre en fourrages. Il est très résistant aux parasites et aux épizooties; il craint plus le soleil d’été que les rigueurs de l’hiver.

Usages :

Il est essentiellement utilisé en éco-pâturage : parcs, ruines (notamment pour ses qualités de grimpeurs)… et pour la gestions de sites naturels (notamment escarpés ou humides).

C’est un mouton de petite taille, sa longueur est à peine plus élevée que sa hauteur au garrot : béliers : 55cm à 60 cm au garrot ; brebis : 50cm à 55cm au garrot. Poids adulte : béliers 35kg à 40kg ; brebis : 25kg à 35kg. Il correspond à 0.1UGB pour calculer la charge de pâturage.

Viande : la viande de Soay est une viande maigre avec un goût de venaison. Étant donné ses caractéristiques génétiques qui en fait le plus proche parent du mouflon, ainsi que par la petite taille des carcasses, il est plus proche de la viande de gibier que du mouton de boucherie.

Avantages :

Nettement plus résistant aux parasites que les ovins classiques, il y a moyen de les élever sans ou avec un minimum de vermifuge. Pas de suivi sanitaire obligatoire. Nettement moins sélectif que les ovins classiques dans le choix de sa nourriture, idéal pour faire du pâturage permanent d’entretien. Efficace pour lutter contre l’embroussaillement d’espaces naturels ouverts. Léger il occasionne peu de dégradation de berges, digues, mares. Bons sabots même en situation marécageuse. Ne nécessite pas de soins particuliers aux onglons. Clôture de type Ursus Betafence 16 ou 18 fils, idéal pour les petites réserves ou les réserves en fond de vallée ou dans des escarpements rocheux. Peut rester toute l’année dehors, également pour l’agnelage, mais prévoir un abri
artificiel ou des abris naturels. En  extensif, prévoir 1 ou 2 petits ballots de foin par mouton par hiver en râtelier sous abri avec une pierre à lécher sans cuivre. S’abreuve peu sauf en cas de fortes chaleurs et lors d’affourragement avec du foin sec.
Pour les projets agro-pastoraux permanents, il est conseillé d’utiliser uniquement des béliers et si possible du même âge. Sinon des brebis n’ayant jamais été saillies peuvent aussi être utilisées(elles n’ont alors pas subi une modification hormonale et elles muent dès lors comme les béliers).
Charge à l’hectare en extensif : suivant les types et conditions de pâturage, de 4 à 10 moutons Soay adultes/ha

Inconvénients :

Troupeau de 2 ou 3 individus minimum. Les brebis ayant agnelé et qui ne sont plus saillies par la suite muent très mal ou pas du tout. En zone humide et marécageuse, prévoir des zones sèches en périphérie pour leur repos. Peu commode à manipuler car farouche, il peut être apprivoisable avec de la patience. Prévoir un couloir de contention pour faciliter le travail.

Prix indicatifs 2016 & éleveurs :

De 100€ (agnelle de l’année) à 160€ (très bon bélier améliorateur parfaitement dans les standards de la race – phénotype -).

Gembloux & Grez-Doiceau – Francesco COMPOSTELLA & Maximilien de NEVE, élevage et sélection de moutons Soay pour l’entretien d’espaces naturels.

En savoir plus :

Commission raciale : www.soay.be